Soins intimes

La flore vaginale

Les nombreuses espèces de bactéries qui constituent la flore vaginale forment un biofilm sur la surface de la muqueuse vaginale. Il joue le rôle de barrière protectrice, empêchant ainsi les bactéries indésirables d’y adhérer. Une flore vaginale saine est le fruit d’un équilibre naturel entre les “bonnes” bactéries et les “mauvaises” bactéries.

Les bonnes bactéries constituent la grande majorité des bactéries présentes dans le vagin. Elles assurent une protection efficace contre les infections en produisant de l’acide lactique (nécessaire pour conserver un pH vaginal acide) et du peroxyde d’hydrogène, à l’action anti-microbienne.
Les mauvaises bactéries prolifèrent surtout quand le pH vaginal devient basique. Cela peut être la conséquence de divers facteurs physiologiques ou externes. Si elles sont trop nombreuses dans l’écosystème vaginal, elles deviennent alors une source potentielle de pathologies.

Le pH vaginal normal se situe entre 4 et 4,51. C’est cette acidité qui préserve l’équilibre de l’écosystème vaginal et le maintient en bonne santé. Tout changement de pH est susceptible de provoquer un déséquilibre de la flore vaginale, associé à un risque plus important d’infection.

Voir plus d’information sur :

la mycose

la vaginose

1 Bohbot JM. Flores génitales féminines : un équilibre à préserver. La Lettre du Gynécologue n°290. Mars 2004.


© Laboratoire CCD | Contact | Mentions légales et Transparence des liens | www.mangerbouger.fr
Mise à jour le 29 septembre 2015