La ménopause favorise-t-elle les gênes urinaires ?

Il est vrai que l’on constate une augmentation de l’apparition de gênes urinaires chez la femme ménopausée. Dans les faits, la diminution des hormones, particulièrement oestrogéniques, l’augmentation du pH local ainsi que la disparition de la flore de Döderlein, affaiblissent les moyens d’autodéfense du vagin.

Il arrive alors plus fréquemment qu’un foyer infectieux s’y déclare, lequel peut ensuite, par voie de voisinage, contaminer la vessie en remontant le long de l’urètre. Se déclare alors une gêne urinaire, qu’il convient de traiter comme telle.


© Laboratoire CCD | Contact | Mentions légales et Transparence des liens | www.mangerbouger.fr
Mise à jour le 29 septembre 2015