Contraception

Les différents types de contraception

Pour certaines femmes, prendre chaque jour la pilule n’est pas compatible avec leur rythme de vie.

Afin d’améliorer l’efficacité des méthodes contraceptives, des recommandations ont été émises par les autorités de santé2. Pour être efficace, la méthode contraceptive doit être adaptée à chaque femme et choisie avec elle en fonction de ses besoins et de ses envies, en concertation avec son médecin et dans le respect des contre-indications médicales.


Quelles sont les différentes méthodes de contraception existantes ?


• Les dispositifs intra-utérin (DIU  ) ou stérilets

C’est la deuxième méthode de contraception la plus utilisée en France3. Généralement en plastique souple, le stérilet   est inséré dans l’utérus par le médecin. Il existe 2 types de stérilets : le DIU   au cuivre et le DIU   au lévonorgestrel (LNG), également appelé SIU, qui libère cette hormone dans l’utérus. C’est une méthode de contraception réversible et la durée de son efficacité varie de 5 à 10 ans selon le type et le modèle du dispositif.

Avantage : Les DIU   sont faciles à poser et à retirer pour un professionnel de santé, et leur efficacité est de longue durée !
Inconvénient : Avec un DIU   au cuivre, la femme retrouve son cycle naturel.
Avec un DIU   au LNG, les saignements sont plus irréguliers et moins abondants. Le DIU   au LNG peut également entraîner, comme la pilule, des effets secondaires (nausées, prise de poids…).

• La pilule

Elle se présente sous la forme de comprimés à prendre chaque jour, contenant des hormones ressemblant aux hormones féminines naturelles. Selon la quantité d’hormones présentes, il existe deux types de pilules : les pilules "combinées" (PC) ou oestroprogestatives, contenant un progestatif et un oestrogène  , et les pilules microprogestatives (PP) qui renferment seulement un progestatif

Avantage : l’efficacité théorique de la pilule est très grande (99 %).
Inconvénient : en usage courant, il en va tout autrement. La prise quotidienne d’un comprimé pouvant être très contraignante pour certaines femmes, le taux d’échec atteint les 8%4. De plus, les hormones peuvent entraîner la survenue d’effets indésirables (nausées, prise de poids, céphalées, migraines…).


Pilule et désir d'enfant : y a-t-il un délai... par laboratoireCCD


• Le patch œstro-progestatif

Le patch œstro-progestatif se colle sur la peau. Il contient des hormones (oestrogène   et progestérone  ) qui pénètrent dans l’organisme et sont transportées par le sang. Un patch est efficace une semaine et il faut l’appliquer trois semaines sur quatre.

Avantage : le patch est facile à poser et peut être appliqué sur différentes régions du corps (ventre, épaule, bas du dos).
Inconvénient : le patch peut se décoller fortuitement. De plus, étant fortement dosé en hormone, l’application du patch peut entraîner la survenue d’effets secondaires (nausées, prise de poids, céphalées, migraines …) similaires à ceux de la pilule.

• L’anneau vaginal

Cet anneau en plastique, sous l’effet de l’humidité et de la chaleur du vagin, devient poreux, libérant ainsi des hormones (œstrogène et progestérone  ) dans l’organisme. L’anneau est inséré profondément dans le vagin et son efficacité est de trois semaines. Pendant la quatrième semaine, les règles surviennent.

Avantage : aucun risque de l’oublier une fois posé ! L’anneau vaginal permet d’avoir l’esprit tranquille durant trois semaines…
Inconvénient : si l’anneau est rarement expulsé à la suite d’un rapport sexuel, il peut être gênant pendant. Par ailleurs, certaines femmes peuvent oublier de le remettre après l’avoir retiré. De plus, l’anneau reste un oestroprogestatif qui, bien que plus faiblement dosé, présente des effets secondaires similaires à ceux de la pilule (nausées...).

• L’implant sous-cutané

L’implant contraceptif est un bâtonnet en plastique inséré sous la peau du bras par le médecin. Il contient les mêmes hormones que certaines pilules, à savoir un progestatif seul et son efficacité est de 3 ans.

Avantage : L’implant est posé et retiré par un professionnel de santé formé et son efficacité est de 2 à 3 ans !
Inconvénient : Chez certaines femmes, la pose d’un implant peut entraîner une prise de poids ou une perturbation importante du cycle menstruel. Comme pour la pilule, la prise d’hormones peut entraîner des effets secondaires. Il faut s’adresser à un professionnel averti pour la pose et le retrait.

• La cape cervicale

Capuchon ou chapeau en latex, elle s’insère au fond de l’utérus jusqu’à deux heures avant le rapport sexuel pour empêcher les spermatozoïdes de pénétrer dans l’utérus. Elle doit être laissée en place au moins 8 heures après le rapport sexuel et retirée dans les 24 heures. En association avec un gel spermicide, les spermatozoïdes sont détruits.

Avantage : Elle peut être posée au préalable d’un rapport sexuel. Après lavage à l’eau savonneuse, la cape cervicale peut être réutilisée. Plus facile à insérer qu’un diaphragme, on peut la laisser en place plus longtemps.
Inconvénient : La cape cervicale a une efficacité contraceptive limitée, surtout chez la femme qui a déjà eu un enfant.

• Le diaphragme

Il s’agit d’une coupelle qui couvre le col de l’utérus et qui bloque les spermatozoïdes. Il s’insère dans le vagin jusqu’à deux heures avant le rapport sexuel pour empêcher les spermatozoïdes de pénétrer dans l’utérus. Le diaphragme doit être laissé en place au moins 8 heures après le rapport sexuel et retiré dans les 24 heures. Pour garantir son efficacité, on lui adjoint un gel spermicide.

Avantage : Il peut être posé au préalable d’un rapport sexuel. Après lavage à l’eau savonneuse, le diaphragme peut être réutilisé.
Inconvénient : Le diaphragme a une efficacité contraceptive limitée, surtout chez la femme qui a déjà eu un enfant, tout en étant plus élevée que celle de la cape cervicale. Certaines jeunes femmes peuvent rencontrer quelque difficulté à la mettre en place.

• Les spermicides

Sous forme d’ovule  , de crème ou d’éponge, insérés au fond du vagin, les spermicides détruisent les spermatozoïdes. Ils peuvent être utilisés en complément du préservatif, afin d’augmenter son efficacité.

Avantage : Les spermicides s’achètent sans ordonnance et peuvent servir de lubrifiant vaginal.
Inconvénient : Ils sont coûteux et peu efficaces en utilisation seule.

• Le préservatif masculin ou féminin

Les préservatifs (masculins ou féminins), en latex ou en polyuréthane, empêchent le passage des spermatozoïdes dans le vagin.

Avantage : On en trouve facilement, ils sont peu coûteux et très résistants. Le préservatif est la seule méthode efficace pour lutter contre les MST.
Inconvénient : L’utilisation du préservatif peut être contraignante chez un couple stable.

En outre, il existe des méthodes de stérilisation (contraception définitive et irréversible).

Consultez les articles sur la contraception :
Tout savoir
Tout savoir sur le DIU au cuivre

2 Recommandations 2004 Anaes, Afssaps, Inpes, à la demande de la Direction Générale de la Santé.
3 Inpes, dossier de presse, Octobre 2011.
4 Trussel J. Contraceptive efficacy. In : Hatcher RA et al. Contraceptive technology : eighteen revised édition. New York : Ardent Media, 2004.


© Laboratoire CCD | Contact | Mentions légales et Transparence des liens | www.mangerbouger.fr
Mise à jour le 29 septembre 2015